Depuis l’installation du nouveau Conseil Municipal en 2008, nous nous sommes battus non par je ne sais quel esprit de revanche ou de vengeance, mais contre certains projets ou pour l’amélioration de certains autres projets mis en route par l’ancien Conseil Municipal. La preuve en est administrée par ce qui suit.
Ainsi nous avons pu durant ces deux années modifier les projets initiaux : le projet Nouvelle Mairie transformé en Nouvelle Ecole, la S.T.E.P prévue avec lit bactérien et décanteur digesteur devenue Filtres Plantés de Roseaux (F.P.R) ou bien supprimer le projet « Habiter sans s’étaler »,car démesuré par rapport à la capacité d’absorption de notre village.
Tous les travaux réalisés ou en cours de réalisation (comme la fin de l’aménagement des rues des Barrys et du Champ du Four et le commencement de la S.T.E.P.) représentent des investissements totaux de l’ordre de trois millions d’euros. Tout ceci n’a été rendu possible que grâce aux subventions massives des collectivités territoriales, la Région et surtout le Conseil Général notre premier partenaire. Il me semble utile d’apporter quelques précisions au sujet des subventions obtenues. Sur présentation de dossiers, le Conseil Général et la Région Languedoc Roussillon accordent dans le cadre de leurs compétences des subventions aux pourcentages variables : elles ne deviennent effectives qu’après la réalisation des travaux envisagés et les paiements de ces mêmes travaux. Elles ne constituent en rien une aide accordée à Mme X…. ou à M. Y….. Tout le bénéfice est pour la commune. Ainsi, après les élections de Mars 2008, la Nouvelle Mairie était en chantier ; nous préférions réaliser une Nouvelle Ecole (totalement nécessaire !). Après la perte de la DGE (87 000 €), suite à l’intervention de Mme Françoise Martin qui espérait ainsi nous empêcher financièrement de réaliser cette école, il se posait un vrai problème de financement. Je me suis alors adressé directement au cabinet du Président André Vezinhet ; j’ai pu obtenir une dérogation exceptionnelle (normalement il n’y a pas de subvention accordée lorsque les travaux ont déjà commencé !) et un financement de l’ordre de 100 000 €. Je n’en n’avais pas fait état jusqu’à maintenant parce que je trouve normal pour un Maire d’essayer d’obtenir le maximum dans le financement des investissements de la commune.
Vous comprendrez peut-être mieux à la lecture de ces commentaires le souci, l’inquiétude que les communes peuvent ressentir après la présentation à l’Assemblée nationale le 20 octobre dernier du projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales. Si le projet de loi est voté tel quel, il nous obligera dans les années à venir à réfléchir à nos investissements avec encore plus de prudence.
En attendant, le Conseil Municipal se joint à moi pour vous souhaiter de chaleureuses fêtes de fin d’année.
Le Maire Jean-Claude MARC
NOTA BENE : Les « vieux » bélarganais savent à quoi je fais référence en appelant notre journal « De Rouvièges au Dardaillon ». C’était le nom du premier journal municipal édité dans les années 1950 par l’équipe municipale autour de Vincent VIDALLET maire de BELARGA de 1953 à 1959. C’est une façon de lui rendre un hommage particulier.