L’année 2010 s’achève et comme chaque fin d’année le Journal Municipal vient vous rendre compte de la finalisation des projets prévus dans le budget de l’année, mais cette fois aussi donner des explications sur des sujets douloureux comme les impôts payés par les Bélarganais.
Nous parlerons plus loin des projets devenus réalités durant cette année 2010.
Je souhaite expliquer l’augmentation des impôts dits locaux (toujours difficile à avaler !) dans notre commune. Plusieurs personnes m’ont demandé des explications, surprises par la hausse de cette année.
Si vous épluchez consciencieusement votre feuille d’impôts, vous avez pu vous rendre compte que la commune n’a pas augmenté ses propres taux et que ce sont les bases locatives dont la revalorisation est votée chaque année par le Parlement dans la loi des Finances qui provoquent la hausse (il faut, bien sûr, y ajouter l’incidence de l’augmentation des taux de la Région et du Département).
Mais cette année, notre feuille d’impôts s’est « enrichie » d’une nouvelle colonne : il s’agit de celle réservée à l’intercommunalité. Pourquoi un nouvel impôt communautaire (dit taxe additionnelle ou fiscalité mixte) ?
Les ressources de la Communauté des Communes de la Vallée de l’Hérault (CCVH) connaissent une profonde évolution suite à la loi qui réforme les collectivités locales.
Jusqu’à cette année le financement des projets de la CCVH s’est appuyé sur le dynamisme du produit de la Taxe Professionnelle à taux unique (TPU) mise en place en 2002 sur notre territoire et sur un recours à l’emprunt. La suppression de cet impôt local en 2010, même si l’Etat promet des compensations, est lourde de conséquences.
Dans ce contexte, et comme la plupart des autres intercommunalités, elle s’est dotée, pour la première fois cette année, d’une ressource qui lui est propre, perçue directement auprès des contribuables avec les autres impôts locaux.
Les compétences de la CCVH s’étendent : tourisme, habitat, urbanisme, cadre de vie, culture, petite enfance, enfance… c’est une évolution inéluctable et déterminante pour notre avenir même si je considère que l’identité communale doit rester forte : elle reste un échelon indispensable. Il faut ajouter le désengagement de l’état, par exemple les services de la DDTM (direction départementale des territoires et de la mer) ex DDE et le non remplacement des personnels partant à la retraite : on se dirige vers un traitement des dossiers d’urbanisme avec l’aide de la CCVH.
Double peine pour les citoyens que nous sommes : contraints de payer pour des services que l’Etat ne nous rend plus alors que les impôts dus à l’Etat ne baissent pas !!
Pour terminer sur une note plus optimiste, je voudrais saluer la présence de nombreux enfants encadrés par 2 enseignantes, Anne Manca et Christelle Gil et entourés de leurs parents lors de la commémoration du 11 Novembre 1918. Cela a donné la plus belle assistance vue depuis bien longtemps autour de notre monument. Les enfants ont été très attentifs et nous remplissons alors, tous, par notre présence, notre devoir de mémoire en passant le témoin aux plus jeunes.
Noël approche, le Conseil Municipal se joint à moi pour vous souhaiter à tous de belles fêtes de fin d’année.
 
Le Maire         Jean-Claude MARC