Nous avons connu un mois de Novembre pluvieux et maussade. Les précipitations abondantes sur le Mont Aigoual, les Cévennes et la Haute Vallée de l’Hérault du début du mois ont provoqué des inondations importantes, certains villages touchés plus que d’autres.
A Bélarga, l’Hérault est sorti de son lit, atteignant la partie basse du village. Effet garanti sur les habitants récemment installés, qui n’avaient jamais connu de si hautes eaux ! Mais nous étions encore bien loin des très grosses crues 1875, 1907, 1963, 1997, qu’a connues notre village ! peu ou pas de dégâts, si ce n’est le limon déposé après le départ des eaux.
C’est pourtant la première fois que Bélarga a eu la visite d’un haut représentant de l’Etat, en la personne du préfet Claude Balland. Il a en effet visité tous les villages situés en bordure du fleuve et s’est rendu compte de visu de l’étendue de la crue. Nous avons discuté et partagé nos impressions lors d’un échange très cordial. Nous avons parlé de l’opportunité de demander la reconnaissance de la commune en catastrophe naturelle. La loi n° 82600 du 13 juillet 1982 permet de saisir la compagnie d’assurance des sinistrés en fonction de l’état estimatif de leurs pertes. Sans véritable dégât (j’en ai parlé avec les riverains du fleuve concernés), l’intérêt est inexistant. Il est de toutes façons possible au cas où des dégâts ne seraient pas apparus tout de suite de demander ce classement en catastrophe naturelle pendant 18 mois après la crue.
 
Le cumul des précipitations sur la commune de Bélarga a atteint le total impressionnant ( peut être un record ?) de 253 mm (vérifié par un viticulteur bélarganais) pour le mois de Novembre, mais en raison d’une bonne répartition sur tout le mois les rivières Rouvièges et  Dardailon ont eu peu de débit et n’ont pas ajouté à la crue de fleuve. Heureusement !
Je voudrais remercier nos concitoyens et les membres du Conseil Municipal qui ont participé au déménagement des meubles d’un appartement menacé par l’inondation (les eaux se sont arrêtées au seuil de la maison) mais c’est un bel exemple d’entraide au sein du village.