Agenda de la commune

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Après les votes des taux d'imposition des 3 taxes locales, des résultats d'exécution du budget principal 2009 et du budget primitif 2010, nous nous devons de faire le point sur les finances de notre commune.
Elles sont toujours en bonne santé, puisque nous finissons l'année 2009 avec un nouvel excédent de l'ordre de plus de 103 000 €.
Quand on sait les investissements que nous avons réalisés en 2008 et 2009, ces résultats sont satisfaisants.
Pour autant, à l'heure où les médias français et internationaux nous commentent à longueur de temps la crise dans laquelle les pays de l'Union Européenne (en restant dans notre périmètre européen) sont plongés (parfois très gravement), la prudence budgétaire dans notre commune s'impose même si nous ne restons pas bloqués dans nos investissements.
Le Président de la République et le gouvernement français parlent de « serrage de ceinture », ceci s'appliquant également aux dotations de l'Etat vers les Collectivités locales, donc, vers nous, petite commune.
Ces dotations étaient déjà quasiment bloquées, mais les propos de nos responsables n'augurent rien de bon.
Pourtant elles servent au fonctionnement de l'administration communale et de ses services : depuis quelques années déjà, l'Etat, peu à peu se désengage, même s'il veut laisser croire le contraire. Un seul exemple parmi d'autres : l'urbanisme avec les permis de construire, les déclarations de travaux, était traité par la D.D.E. (service de l'Etat), aujourd'hui une partie de ces dossiers est traité en mairie uniquement, occasionnant ainsi un travail supplémentaire au secrétariat de mairie.
Sans tomber dans un profond pessimisme, il semble qu'au sein de nos communes nous devons faire preuve de prudence dans nos finances, surtout si l'on y ajoute les réformes sur les compétences des Conseils Général et Régional.
Le Maire, Jean-Claude MARC
P.S. : Dans un autre ordre d'idées, lors de la commémoration du 8 mai 1945, je me suis permis de regretter le temps où les enfants des écoles, soigneusement rangés, participaient tous à ces cérémonies. Actuellement, il devient difficile de trouver 2 enfants pour porter et déposer la gerbe au pied du monument ! Il est pourtant important de passer le témoin aux générations futures. Ces commémorations ne peuvent devenir une habitude, elles sont juste un devoir, un devoir de mémoire.
A ce propos, je voudrais porter à votre connaissance le 1er prix dans la catégorie des travaux collectifs au Concours National de la Résistance et de la Déportation d'une jeune lycéenne de BELARGA, Olga, toutes nos félicitations pour ce beau succès.